aktuell news head fr

Tansania Umgeben von Meer und Muslimenn

Irak : outsider en pleine forme

Imaginez : des Bibles et le livre d’un pasteur de Suisse dans une foire aux livres de fondamentalistes islamiques en Irak. Seul Dieu peut le faire.

Je ne savais pas ce qu’était une foire aux livres avant que je n’arrive à Souleymane pour imprimer « Père », le livre de Geri Keller en langues kurdes.

Quand Dieu tire les ficelles
« Pourquoi ne présentez-vous pas votre nouveau livre à la foire ? » nous demande l’imprimeur. « Hum… mais je suis chrétien ! » Mon interlocuteur ne dit rien. « Vous êtes les bienvenus, je peux vous mettre en place un stand de 3x3 mètres. » C’est seulement un peu plus tard qu’il nous apparaît que la foire aux livres est organisée et sponsorisée par les Frères Musulmans. Si nous l’avions su plus tôt, nous n’aurions pas pris le risque d’y aller. Pour moi, c’est clair que c’est Dieu qui tire les ficelles.

Le succès après un début timide Nous aménageons le stand avec des Bibles et des Bibles pour enfants en plusieurs langues. Le dernier livre de Geri Keller, « Père », traduit en quatre langues locales (farsi, arabe, kurmandji et sorani) est mis en évidence. Nous ne voulons rien offrir. Il doit être clair aux passants que la Parole de Dieu a un prix.

Les premiers jours sont décevants. Presque aucun visiteur. D’autres exposants répandent une atmosphère hostile à notre égard. Des passants barbus crachent devant nous et nous réprimandent. Mais Dieu nous offre aussi quelques bonnes rencontres. Progressivement, il y a plus de visiteurs, plus d’opportunités de discussions, plus de livres vendus et toujours plus de retours reconnaissants sur nos livres en langues kurdes. Presque tous les autres livres de la foire dans cette ville kurde sont écrits en arabe et parlent de l’islam et du Coran. Beaucoup de visiteurs viennent de l’Iran voisin et sont particulièrement reconnaissants de notre assortiment. Nous pouvons initier de nombreuses personnes en recherche à la vérité de Dieu : avec des Bibles et des Nouveaux Testaments en kurde, de la littérature chrétienne, des Nouveaux Testaments en arabe, et le livre « Père » dans les quatre langues. Étonnamment beaucoup de jeunes gens visitent notre stand.

Rencontres
Hier, une femme est venue et a demandé une Bible. « Ma mère est zoroastrienne, mais a été forcée d’épouser un musulman. Je n’aime pas ma religion, elle contient trop de violence pour moi. Depuis deux ans je désire lire le Livre saint des chrétiens. Comme c’est bon de le trouver ici ! » Elle est repartie heureuse, avec une Bible et le livre de Geri Keller. Peu après, elle est revenue et a demandé quelles ablutions elle devait faire avant de pouvoir ouvrir le Livre Saint. Je lui ai expliqué qu’elle pouvait l’ouvrir comme tous les autres : « Ce n’est pas le livre qui est saint, mais Dieu qui parle à ton cœur à travers la Parole. » Le lendemain, elle nous attendait avec des yeux interrogateurs dès que nous avons ouvert la porte. « Est-ce que c’est vrai ? Dieu a dit lui-même qu’il serait notre Père. Sommes-nous donc si important pour Lui ? »

Un jeune quitte notre stand enthousiaste avec un petit livre à la main et un bracelet avec une croix et un cœur au poignet. Un court instant plus tard, il est de nouveau là et repose les deux objets sur la table, les yeux rivés au sol. Une de ses joues brille, montrant clairement les marques d’une gifle.

Un homme barbu, apparemment salafiste nous demande : « Mettez-moi quelques Bibles et d’autres livres dans un sac et cachez-le sous cette table pour que je puisse les prendre discrètement un peu plus tard. »

Des familles kurdes ouvertes viennent aussi. Le titre du livre « Le cœur de Père de Dieu » leur parle particulièrement. Une femme demande : « C’est un titre intéressant. Mon père avait un cœur mauvais. » La scène se transforme en une séance de soins pastoraux de deux heures.

Ces rencontres décrites ici parlent de nombreuses autres. Un reporter TV nous a cherché pour nous demander une interview sur les chrétiens et la Bible.

Sortie précipitée
L’atmosphère amicale du stand chrétien, en contraste avec celle sombre et renfrognée de la plupart des autres stands est remarquée et commentée. Mais à cause de l’orage que nous préparent les autres exposants, nous décidons de plier le stand un jour plus tôt. Ceci à peine terminé que la situation se dégrade. Des scènes de violence, de tumultes déclenchées par certains exposants. Le personnel de sécurité intervient. Et nous, reconnaissants d’avoir tout rangé, quittons l’endroit.

Dieu avait prévu notre présence à cette foire et contribué à ce que nous ayons les livres au bon moment. Il a permis que Sa Parole soit partagée dans un environnement hostile et nous a protégés. A Lui la gloire. Et maintenant, si Dieu le veut, je peux enfin retourner auprès de mon épouse que je n’ai pas vue depuis un long mois.


Voir le film : Irak : Des fleurs dans le désert (Percée spirituelle dans un camp de réfugiés)