TuerkeiSyrien uebersicht fr
tuerkeiSyrien2 sl

Terreur, persécution, fuite, aide

Après des mois de combats acharnés contre l'EI, Kobané est pratiquement complétement détruite. Il y manque de tout, en particulier de l'eau et de l'électricité ; y mener une vie normale est impensable. Pourtant, des milliers de personnes sont sur le chemin du retour, cherchant refuge sous des tentes ou des tas de ruines. ACP soutient la recolonisation de la ville de Kobané et de ses environs.

La municipalité forge des plans sur l'avenir. Ceux-ci doivent néanmoins faire face à d'énormes défis difficilement surmontables.

Les événements se répètent
En juin 2015, les terroristes de l'EI ré-investissent la ville, se frayant un passage par attentats-suicides, et pénètrent dans chaque maison se faisant passer pour des Kurdes et déclarant : « Nous sommes ici pour vous protéger, laissez-nous entrer ! » Les habitants ouvrent la porte, les terroristes entrent et assassinent tous ceux qu'ils trouvent. Cette contre-attaque de l'EI a fait des centaines de morts, dont certains qui avaient séjournés dans notre camp, et davantage encore de survivants traumatisés.

De l'espoir au fond de la misère
ACP s'investit auprès des milliers de personnes qui retournent chez eux depuis notre camp de réfugiés du côté turc de la frontière. Il s'agit d'aider les gens à se réinstaller et à redémarrer une vie dans la dignité. Ce qui permet entre autre d'endiguer un peu le mouvement de l'exode vers l'Europe. Le travail est dangereux. L'EI a déjà menacé notre chef de projets et son équipe : « Nous te trouverons, nous te décapiterons et nous jetterons ton cadavre aux chiens. »

Projets humanitaires d'ACP
Jusqu'au milieu 2015, l'essentiel du travail d'ACP se concentrait dans la gestion d'un camp de réfugiés du côté turc de la frontière. Les réfugiés qui y restent encore continuent de recevoir nourriture, médicaments et soins.

Après l'expulsion des miliciens de l'EI, des milliers de personnes sont reparties en direction de la ville-frontière de Kobané. En conséquence, le gros de notre travail s'est déplacé vers la Syrie : Aide à la recolonisation de Kobané.