kubaVerfolgte de

kuba3 sl verfolgung

La liberté de religion uniquement sur le papier

De nombreux droits civils et politiques restent massivement restreints à Cuba. La liberté de religion est accordée dans la constitution, mais seulement tant qu'elle n'est pas dirigée contre la révolution ou les objectifs socialistes.

À Cuba, les églises sont sans cesse détruites. C'est le cas de l'église du pasteur Julio Perez. Il l'avait érigée avec la permission expresse des représentants du gouvernement local. Mais rapidement, l'église grandissante suscite le mécontentement des autorités. Celles-ci ont arbitrairement d'abord imposé  plusieurs amendes élevées, avant de raser l'église.

Bastiano Hernandez occupe une fonction importante au sein des Asambleas de Dios. Il est régulièrement convoqué à des "discussions". Si la corruption amicale des fonctionnaires ne fonctionne pas, on actionne des méthodes plus musclées. Lors de la dernière entrevue, ils ont cuisiné Bastiano dans les règles de l'art, ont menacé sa femme et ses enfants et ont essayé de l'intimider sous la menace d'une arme. Mais Bastiano - rempli d'une sainte colère - a mis son poing sur la table, invoqué les Droits de l'homme et est parti sans faire de commentaires.

Y a-t-il plus de liberté que par le passé pour les chrétiens à Cuba ? Un dirigeant des Asambleas de Dios : "Non, il n'y a plus de liberté. Il y a juste un peu moins de pression". Espérons et prions pour qu'elle diminue encore. Il est important pour les chrétiens de Cuba de savoir que nous ne les oublions pas, et pour nous de comprendre à quel point il fait encore sombre par endroits sur cette île ensoleillée.