aktuell news head fr

Sibirien: Unvergessliche BegegnungenSibérie : rencontres inoubliables

Durant deux mois, il s’est frayé un chemin à travers les plaines gelées de Sibérie, ava-lant au passage 14 000 kms sur des terrains particulièrement difficiles. Il y a fait de nom-breuses rencontres. Dont trois qu’il n’est pas près d’oublier.

En visitant 22 hameaux au milieu de nulle part, nous avons vu plus de 40 personnes se décider à suivre Jésus et avons implanté trois nouvelles églises.

Visitée : une fidèle de 91 ans
A Bodaibo, je rends visite à Clara. Âgée de 91 ans, elle ne peut plus venir aux rencontres. Elle fait preuve d’enthousiasme malgré une vie longue et difficile. Elle a passé plusieurs années en prison à cause de sa foi… et est restée fidèle. Alors qu’elle ouvre son album photo, une image attire mon attention : on y aperçoit ma femme, Lilli. J’en informe Clara, ce qui provoque de nouvelles larmes de joie. Nous prions ensemble avant de prendre congé. Nous ne nous rencontrerons vraisemblablement plus dans ce monde, mais je n’oublierai pas cette femme impressionnante.

Tant attendue : une Bible
Partout où nous arrivons avec nos gigantesques colosses sur roues, nous attirons l’attention. Dans un village sur la route vers la Tofalarie s’approche un homme. Il observe nos véhicules, nous identifie comme chrétiens par le biais des inscriptions sur ceux-ci et demande si nous avons une Bible pour lui. Voilà longtemps qu’il souhaite en avoir une, mais il n’a jamais réussi à rassembler l’argent à cet effet. Nous lui offrons une Bible. Il la serre contre lui et nous remercie, encore et encore, en larmes. Nous allons manger et le retrouvons à notre retour : tout tremblant de froid, là, il lit sa Bible avec une joie rayonnante !

Implorée : une visite
À Perewos aussi, les gens se rassemblent, intrigués, autour de nos véhicules. J’entame une discussion avec trois d’entre eux. Ils sont profondément impressionnés que notre Dieu nous soit apparemment si important que nous traversions les immensités gelées de la Toundra sibérienne pour parler de Lui aux habitants. Des minutes entières, ils nous demandent avec insistance de visiter aussi leur village. Ils nous fourniraient tout - hébergement, nourriture, lieux de réunion. C’est le cœur serré que je dois refuser leur invitation pour cette fois. Mais je leur promets que si Dieu le veut, et si nous sommes encore en vie l’an prochain, nous leur rendrons visite.

Tellement de gens attendent d’entendre la Bonne Nouvelle. Je ne peux m’en empêcher : je dois tout faire ce qui est en mon pouvoir pour la leur apporter.