aktuell news head fr

Südsudan: Räuberische Soldaten und TermitenSud-Soudan : volés par les soldats et les termites

Durabilité et indépendance. Des aspects importants quand un travail ne peut pas dépendre des dons trop longtemps.

Des bœufs, voilà une idée qui pourrait être la clé pour rendre nos évangélistes au Sud-Soudan moins dépendants des dons, et capables de subvenir à leurs besoins de manière durable.

Le plan face à la réalité
Avec l’achat d’attelages de bœufs, nous voulions permettre à nos équipiers des régions reculées du Sud-Soudan de générer eux-mêmes leurs moyens de subsistances. Ils pourraient ainsi labourer leurs champs et nourrir leur famille avec les récoltes. Une excellente intention, contrecarrée en partie par une désagréable réalité.

À Bar Girindi, les bœufs ont été victimes de la guerre civile, tués et mangés par des soldats affamés en maraude. À Bangolo, les braves bovins ont fait de leur mieux et les champs ont été cultivés avec succès. Mais le rendement de ces derniers a été victime des rapines des termites.

Un autre fait nous donne à réfléchir : nos évangélistes sont des évangélistes, et non des agriculteurs. Il leur est plus facile de porter des fruits au sens spirituel que des fruits, produits de l‘agriculture. Il leur est plus facile de conduire les gens à Dieu que de conduire des bœufs dans un champ. Le rendement n‘a donc pas répondu partout aux ambitieuses attentes.

Une consolation demeure : l’expérience acquise au cours de cette première année d’essai sera précieuse dès la suivante.

Le plan fonctionne
À Lobone, le plan a bien fonctionné : maïs, haricots et noix ont pu être récoltés en grandes quantités. À Mvolo aussi, les récoltes ont été satisfaisantes.

Nos évangélistes ne sont pas du genre à abandonner si vite. Et nous non plus. La guerre et les plaies d’Égypte ne sont que difficilement planifiables. Ce sont des facteurs d’incertitude avec lesquels il faut compter. Mais on peut toujours apprendre à manier les bœufs et les rudiments de l’agriculture.

Nos évangélistes s‘y attaquent. Car être volés par des soldats ou des termites n‘est pas une raison suffisante pour abandonner.