aktuell news head fr

griechenland gestrandetGrèce : quand meurt le dernier espoir

Sans espoir, perdu, sans avenir. Ces sentiments sont le pain quotidien de nombreux réfugiés échoués en Grèce. Mohammed aussi est coincé.

Ses prières à Allah sont restées sans réponse, et les rituels religieux quotidiens lui semblent être des discussions avec les murs. Aucune réaction, pas de réponse, seulement le silence.

Cet homme de 32 ans a quitté l’Iran pour fuir les problèmes économiques et familiaux de sa patrie. La fuite vers l’Europe devait être une sortie du désespoir. Mais Mohammed s’est échoué en Grèce dans un sordide camps de tentes. Ses rêves d’un avenir meilleur se sont envolés comme des bulles de savon. Ne reste que l’espoir de pouvoir quitter sa tente et démarrer une vie normale. Un espoir qui semble irréalisable, compte tenu de la situation de nombreux réfugiés.

Une visite qui change la vie
L’an dernier, nous avons visité le camp de Mohammed, sur une île grecque. Les choses sur Jésus l’ont intéressé. Avec quelques autres, il a décidé de donner son cœur à Jésus. Il a découvert un nouvel espoir dans un Dieu qu’il ne connaissait pas.

Mais voilà que lui est parvenu la triste nouvelle de la mort de sa mère. Il voulait rentrer dans son pays pour lui dire au revoir. Le rêve de démarrer une nouvelle vie en Europe s’envolerait alors définitivement. « O Jésus », a-t-il prié, « viens à mon aide dans cette situation désespérée ».

Retourner en Iran ?
Mohammed franchit le pas et demande au bureau des réfugié de le renvoyer en Iran. Une demi-heure plus tard, on l’appelle pour lui demander de signer des papiers. A sa grande surprise, on ne lui remet pas des documents de voyage, mais… un permis de séjour en Grèce ! Il est choqué. Avec la décision de retourner en Iran, toute chance de revenir en Grèce disparaissaient, qui plus est l’obtention d’un permis de séjour incluant une autorisation de travail. « J’ai souvent entendu que Dieu a un avenir et un plan pour moi », raconte Mohammed. « Maintenant, je vois la lumière au bout du tunnel. Le Saint-Esprit m’encourage. J’ai vu que Dieu m’écoute lorsque je Lui parle. Je lui ai déversé mon cœur, tant j’étais triste. Et Jésus m’a entendu ! Je suis tellement heureux ! »