aktuell news head fr

syrien umkehrerSyrie : de retours et de retournements

A l’espoir né du printemps arabe ont succédé l’horreur, la guerre, le chaos. Et pourtant...

Le bilan de ce scénario d’horreur s’élève à des millions de réfugiés, des centaines de milliers de morts et une société islamique désillusionnée.

Devant des hangars fermés
Au début 2013, notre collaborateur F. visite des villages kurdes de Turquie qui abritent des camps de réfugiés. Il en est convaincu, il faut aider ces gens et leur procurer un nouvel espoir.

Mais il essuie plusieurs fois des rebuffades à l’entrée des camps et repart, découragé. Mais le Saint-Esprit intervient : « Retourne ! » C’est ce qu’il va faire, par obéissance, mais à contre-cœur. Son véhicule tombe en rade juste devant un camp de réfugiés. « Et encore ça… » Une femme se présente alors et lui demande ce qu’un étranger vient faire ici. « J’aimerais aider, mais il semblerait que personne ne soit d’accord. » Indignée, elle l’attrape par la main et l’emmène au bureau du maire afin de contrer la mise à l’écart de l’aide étrangère.

Cartes sur table
F. explique vouloir apporter une aide pratique dans le camp et de l’espoir au travers du message de Jésus-Christ. La réponse de l’administration est frappante : « Amenez-nous de la nourriture et des couvertures, et là vous pourrez parler d’Issa al Massih ! » Depuis là, les choses vont s’accélérer. F. obtient l’accès, puis l’entière responsabilité d’un camp de réfugiés comptant 8 000 Syriens.

Nos équipes vont de tente en tente, boivent le thé avec les gens, prient et voient Dieu à l’œuvre. Dans les mois plus tard, près de 300 nouveaux disciples d’Issa (Jésus) retourneront à Kobané, leur ville d’origine, en Syrie.

Un ange de la mort devient évangéliste
Retournant chez eux, les nouveaux convertis ouvrent une librairie chrétienne et organisent différentes rencontres. Trois équipes à moto prêchent de village en village, présentent le film Jésus, baptisent, accompagnent, multiplient. Ils vivent les Actes des Apôtres au 21ème siècle, dans une région qui n’avait plus entendu l’Évangile depuis plus d’un siècle.

Dieu trouve même un moyen d’apprivoiser des terroristes de l’EI. P. le barbu décrit à nos collaborateurs comment Jésus l’a rencontré. « Tu veux dire en rêve ? » La question semble évidente, car c’est ce qui se passe pour deux musulmans sur trois qui se convertissent. « Non, pas en rêve, » assure P. « Il est apparu soudainement physiquement devant moi. Je voulais le toucher, mais je ne pouvais pas. Il est tellement saint ! Je suis tombé, j’ai vu toutes mes atrocités devant moi. Sur mes genoux, j’ai imploré la grâce et le pardon. Quand j’ai relevé les yeux, Issa avait disparu. »

L’ancien terroriste se présente aux combattants peshmergas kurdes et leur explique avoir tué seize personnes. « Jetez-moi en prison ou tuez-moi. Ça m’est égal. Une seule chose compte : j’ai trouvé mon rédempteur, tout le reste est secondaire ! » P. est enfermé, puis libéré six mois plus tard. Aujourd’hui, c’est en évangéliste qu’il parcourt les mêmes villages où par le passé, il répandait la mort.

Tant les gens sur le retour, que les assassins ont besoin de la même chose : Jésus ! et que nous priions pour eux.