aktuell news head fr

suedsudan bewegung bildfolgeSud-Soudan: quand Dieu se met en marche

Emeutes, guerre civile, rebelles maraudant, faim. Au Sud-Soudan, d’innombrables personnes déracinées et jetées sur les routes sont à la recherche de refuges à peu près sûrs. Les conséquences sont dramatiques.

Pas mal de ces gens atterrissent dans les camps de réfugiés à la frontière entre le Soudan et le Sud-Soudan. Domaine de nos évangélistes (!).

Inaccessibles et non-atteints
Des masses de réfugiés proviennent de régions pratiquement inaccessibles aux évangélistes en temps de paix, de groupes ethniques au sein desquels le nom de Jésus-Christ est encore inconnu. C’est au camp qu’ils entendent parler de Lui et découvrent la foi.

Au début, nous prévoyions d’offrir de petits cours de base sur la foi aux jeunes chrétiens. Mais cela a conduit à des questions desquelles est née une plus grande vision : « Ces gens ont attrapé le feu. Pourquoi ne leur donnons-nous pas les outils pour les envoyer comme évangélistes à leur tour ? Pourquoi ne les formerions-nous pas en même temps à enseigner la foi chrétienne à d’autres ? »

Une école biblique au camp de réfugiés
Nous avons donc démarré une école biblique missionnaire au camp de réfugiés en juin 2018 avec 82 nouveaux convertis. Pour compléter les cours, nous menons des missions deux fois par semaine dans le camp et les régions limitrophes. La théorie et la pratique vont de pair, et les participants sont formés dans la réalité à atteindre leurs concitoyens.

Après six mois, en janvier 2019, nous avons célébré la première cérémonie de remise des diplômes. 38 ont achevé la formation, dont 5 femmes. Ils viennent de différentes tribus. Samson est l’un d’entre eux. « Je n’aurais jamais pensé avoir un jour une telle opportunité. Je suis maintenant prêt à retourner dans ma tribu pour leur apporter la Bonne Nouvelle et les former à leur tour. »

Quand Dieu se met en marche…

Quand les chefs de clan attrapent le feu
Six chefs de clan étaient aussi présents à la remise des diplômes. Non seulement ceux-ci motivent leurs gens à participer aux formations – par exemple lors du prochain cycle en février – mais l’un d’eux s’est lui-même inscrit… aux côtés de 80 autres aspirants.

Nous ne savons ce que Dieu va encore faire dans cette région frontalière isolée du Sud-Soudan. Et combien de tribus et d’ethnies entendront ici l’Evangile. Mais nous savons une chose : C’est passionnant !