aktuell news head fr

Andrej Berglesow « Usine électrique » dans la taïga

L'hiver est de retour, et à nouveau je m'envole vers la Sibérie, cheminer dans la taïga.

Nous nous préparons intensivement pour notre voyage dans la taïga, comme chaque année. Et cette fois encore, notre équipe répartie en deux véhicules va rendre visite à nos missionnaires. Ensemble, nous partagerons l'Evangile aux habitants des villages traversés, et témoignerons de l'amour de Jésus. Ces visites sont d'une importance cruciale pour nos missionnaires stationnés dans la taïga. Là-bas, ils sont coupés de tout : pas de contact avec l'extérieur (pas de réseau téléphonique ou d'internet, rien !), loin des grandes villes, et pas d'assistance médicale. Nous encourageons nos collaborateurs, prions pour eux, écoutons leurs soucis et discutons sur l'avenir. Pour chacun d'eux, ces visites sont un peu une "usine électrique" spirituelle sur laquelle ils viennent se brancher et se recharger, pour pouvoir persévérer une année de plus.

Cette année, nous avons en plus un problème inhabituel : il fait trop chaud. Les fleuves ne gèlent qu'en hiver, ce qui en fait des voies d'accès facilitées. C'est avec soucis que nous apprenons que les les fleuves ne sont pas utilisables. La glace est trop fine pour supporter le poids des véhicules. Nous prions pour du froid. Et la température se met à baisser. Nous n'avons plus à craindre de larges détours à travers les forêts, mais pouvons prendre les "routes" directes. Et comme toujours, une voiture décide de tomber en panne, elle doit être tractée par la deuxième. Mais les difficultés du voyage en valent la peine. Nous célébrons des cultes, et même un concert dans une école. Les gens sont parfois si touchés par l'Evangile qu'ils ne veulent même pas retourner à la maison. Ils poursuivent la discussion et les prières.

L'une des étapes du voyage est Iakoutsk. Là, nous organisons une conférence pour pasteurs, et profitons de cette halte de plusieurs jours pour reprendre des forces, pour se laver et faire la lessive, pour réparer les voitures et mener quelques séances de travail. Puis il faut repartir. La prochaine étape est la région du fleuve Kolyma. Là aussi vivent des peuplades non-atteintes par l'Evangile. Et c'est bien ce que nous voulons y faire : apporter la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. 2000km de routes à des températures pouvant descendre jusqu'à -65°C nous attendent. Les -41°C de Iakoustk nous paraissent bien agréables. Kolyma est un véritable défi. La région est tristement célèbre pour la déportation et la mort de centaines de milliers de personnes dans les goulags du régime stalinien, et ceci jusqu'en 1987. La région transpire encore aujourd'hui la souffrance ici vécue.

Nous prions que Dieu ouvre les coeurs des populations de Kolyma, afin qu'ils puissent expérimenter la vraie liberté.

filmSymbol Pour plus de détail sur les projets d'ACP en Sibérie, regardez le film "Sibérie : où l'impossible devient possible".