aktuell news head fr

Kurush ReligionsfreiheitSchweiz

Suisse : Attaque contre la liberté de religion

La persécution des chrétiens à motivation religieuse est-elle arrivée jusqu’en Suisse ? le cas de notre collaborateur a de quoi choquer.

« Eh Man ! » Bousculé par derrière devant la porte de son locatif, Kurush* se retourne. Un premier coup de poing lui fracasse le nez.

« Les quatre hommes se sont jetés sur moi, un couteau s’est ouvert. Avec un trousseau de clé à la main, l’un d’eux m’a frappé derrière la tête. Ils m’ont roué de coup durant plusieurs minutes. » Le bruit alerte un voisin et les agresseurs disparaissent. La victime est mûre pour l’hôpital : nez cassé, commotion cérébrale, lacérations et ecchymoses.

Kurush est arrivé en Suisse en 2008 en provenance d’Iran. Il est devenu chrétien il y a environ deux ans. Les actes suivent sa nouvelle foi, il participe à plusieurs missions à court terme à la frontière turco-syrienne, notamment à Kobané. « Dès le premier jour, j’ai vu une grande misère et de la souffrance. Sans école, les enfants restent sans perspective d’avenir. » Kurush travaille essentiellement parmi les enfants. « Il s’agit de donner un avenir à ces enfants. Je leur ai donc monté tout un programme, avec le soutien de leurs parents. »

Février 2016 : Dans une église en Suisse, Kurush partage comment il a rencontré Jésus, ainsi que son expérience en Turquie et en Syrie. Il sait que ça peut le mettre en danger. « On m’a dit que j’étais, d’une certaine manière, un « djihadiste chrétien ».

« Après la rencontre, sur le chemin du retour, j’ai remarqué que j’étais suivi par un petit groupe de gens. Comme j’ai quelques amis albanais, j’ai reconnu quelques mots. C’était clairement de l’albanais. » Inconscient du danger, il continue sa route jusqu’à l’attaque fatale sur le pas de sa porte.

« Aujourd’hui, je ne me sens plus en sécurité sur le chemin de la maison, ni même dans la cage d’escalier. Je suis bien plus libre actuellement en Syrie qu’ici en Suisse. Parce que là-bas, rien de tel ne m’est jamais arrivé. »

La victime ne connaissait pas ses agresseurs. L’attaque n’était pas spontanée et Kurush n’a pas été volé. A la fin, la motivation religieuse s’impose d’elle-même. Sommes-nous prêts à ce que des fanatiques importent leur idéologie religieuse et combattent la liberté de croyance en Suisse aussi ?

* Nom modifié pour des raisons de sécurité